Taïkaï national 2018

Taïkaï national 2018

Le week-end des 14 et 15 avril 2018 a eu lieu le Taïkaï de la Fédération Française de Shorinji Kempo à Paris.
Durant cet événement majeur du Shorinji Kempo français s’est déroulé la Coupe de France de Shorinji Kempo et un stage national auquel ont assisté près de 180 Kenshis venus de la plupart des dojos nationaux, mais aussi de Suède, des Pays-Bas, de Belgique, de Monaco et des États-Unis d’Amérique.

Le Directeur technique national de la Fédération Française de Shorinji Kempo, Senseï Hiroshi AOSAKA Daïhanshi 9ème dan dirigeait le Taïkaï, assisté des meilleurs experts nationaux 7ème, 6ème et 5ème dan pour deux matinées d’entraînements et une après-midi de compétitions.

Deux Kenshis de Lamotte-Beuvron étaient présents pour participer à l’événement, avec notamment Laurent LEGUAY le professeur de L.B.S.K. qui a validé l’obtention de son 4ème dan passé au Japon en février dernier auprès de la Fédération Française de Karaté le samedi 14 avril au matin, et qui participait le samedi après-midi à l’embukaï en partenariat avec Kristen REGARDIN, le professeur du club de Pontchâteau : notre dojo a ainsi été récompensé par la 3ème place dans la catégorie Yudansha.

Ce fût un week-end bien rempli!

Merci à Gérard ACANTHE pour ses photographies!

Embu de Kristen REGARDIN et de Laurent LEGUAY :
(merci à Anaïs et Vincent pour leurs vidéos)

Lire le compte-rendu officiel de l’embukaï sur le site fédéral ici, avec plus de photographies de la compétition.

Les photographies de la Coupe de France sont ici!
Merci à Benoît BALON du club de Jouy-le-Moutier : Shorinji Kempo Le Vexin.

En stage à Tadotsu au Hombu du Shorinji Kempo

En stage à Tadotsu au Hombu du Shorinji Kempo

Durant mon voyage au Japon je suis allé participer à un stage de la fédération universitaire japonaise de Shorinji Kempo au Hombu, le dojo central du Shorinji Kempo à Tadotsu, sur l’île de Shikoku.

Tous les ans, il y a deux sessions de quatre stages se déroulant au Hombu auxquels il est possible d’assister : ce sont les fameux Spring Training Camp et Summer Training Camp de la fédération universitaire japonaise de Shorinji Kempo qui voient arriver à chaque stage environ 500 Kenshis de toutes les universités japonaises, soient près de 4000 stagiaires par an!

Comme membre de la W.S.K.O. j’ai pu m’inscrire à la semaine B des Spring Training Camp, stage qui se déroulait sur 3 jours et demi, du mercredi 28 février au samedi 03 mars 2018. J’ai retrouvé à Tadotsu trois camarades du club de Cholet près de Nantes venus eux aussi participer à ce stage, et nous y avons croisé un Kenshis français du club de Saint-Germain-en-Laye en région parisienne faisant sa 3ème année de licence dans une université japonaise!

Ce fut une semaine trop vite passée, remplie de rencontres, de pratiques et d’échanges avec les Kenshis japonais!

Un grand merci pour leur accueil et leur disponibilité aux organisateurs de la W.S.K.O.!

© crédits photographies Cholet Shorinji Kempo

 

Vacances scolaires d’hiver et voyage au Japon 2018

Vacances scolaires d’hiver et voyage au Japon 2018

Le professeur de L.B.S.K. Laurent LEGUAY partant pour un voyage au Japon en fin de semaine prochaine, le dernier cours avant les vacances scolaires d’hiver aura lieu jeudi 15 février prochain, puis il n’y aura pas entraînement au dojo de Lamotte-Beuvron à partir du dimanche 18 février jusqu’au dimanche 04 mars 2018 inclus.

Les entraînements reprendront ensuite jeudi 08 mars, durant la seconde semaine des vacances scolaires d’hiver.

Entraînements à Viry-Châtillon

Entraînements à Viry-Châtillon

Je viens suivre à peu près régulièrement des entraînements à Viry-Châtillon depuis l’année dernière, les mardis et parfois les vendredis dans le dojo de Didier CAMP, que je considère comme un des meilleurs experts français de Shorinji Kempo.
Ce mardi 12 septembre, l’entraînement commençant à 20h00 je me suis garé sur le parking vers 19h30, je suis large.
En arrivant dans le hall d’entrée du complexe sportif Edmond DELFOUR, je me rends compte que je suis un peu fébrile car c’est en fait ma première rentrée depuis bien longtemps, comme simple élève dans un nouveau club! L’année dernière j’avais pris la saison sportive en cours de route et le groupe était déjà constitué. Là je ressens une petite excitation à attendre mes camarades d’entraînement de l’an passé, et j’ai hâte de découvrir les nouvelles têtes.
Progressivement les gens commencent à arriver, les anciens se saluent et déjà dans le hall il y a pas mal de monde en train d’attendre, s’observant ou discutant en petits groupes.
Didier arrive aussi, accompagnés de quelques anciens, on va chercher le matériel pour l’entraînement, des plastrons et des paos.
Après avoir indiqué la direction des vestiaires aux nouveaux nous montons au dojo nous préparer, il est bientôt l’heure.
Rapidement, pour les saluts du début du cours les lignes sont formées, alternant un rang d’anciens avec les débutants. Didier souhaite la bienvenue aux nouveaux puis explique succinctement l’étiquette du Shorinji Kempo et la trame de l’entraînement qui va débuter. Je sens les anciens concentrés et les débutants curieux de démarrer le cours.
Après un échauffement rapide d’une dizaine de minutes, Didier explique qu’en Shorinji Kempo ce premier échauffement n’en est pas réellement un dans le sens qu’on peut lui donner en sport, mais que le taïso du Shorinji Kempo sert en fait à réaliser un check-up complet du corps pour en connaître l’état général, savoir où sont les petits blocages, les raideurs ou les douleurs, permettant ainsi de faire attention durant le reste de l’entraînement aux zones faibles et éviter ainsi de se blesser. Didier explique que l’échauffement sera plus l’objet du kihon qui suit, un travail des bases à vide avec des déplacements, des mouvements de frappes des pieds et poings, des parades et des enchaînements seul puis à deux permettant de monter en température, comme une sorte de préparation physique spécifique.
Ensuite, en binômes d’un débutant associé à un ancien, nous nous équipons d’un plastron et d’une paire de paos pour une mise en application des mouvements réalisés juste avant dans le vide, différents exercices de musculation et cardio permettant de gérer les distances, les niveaux et les angles de frappe.
Didier explique qu‘après ces exercices de préparation physique suivent habituellement dans un cours de Shorinji Kempo les mises en application en combat libre de différents niveaux allant du sparring léger jusqu’au combat libre à frappe réelle, en utilisant ou non du matériel de protection. La saison sportive commençant tout juste avec un beau contingent de débutants, cette partie de l’entraînement sera abordée d’ici quelques semaines, le temps que tout le monde est acquis un bagage technique et stratégique suffisant pour pouvoir s’exprimer.
Le cours continue ensuite avec la philosophie, et comme à chaque entraînement, souvent après les combats, le professeur d’un club de Shorinji Kempo développe un principe éthique, technique ou stratégique de notre discipline.
Le thème choisit ce soir par Didier est budo. Il nous explique que le Shorinji Kempo fait partie au Japon des six ou sept écoles de Budo classées comme méthodes officielles d’éducation populaire. Didier reprend l’étymologie du mot pour en donner une définition, expliquant qu’il s’agit principalement d’aborder la pratique du Shorinji Kempo comme un travail sur soi et avec les autres, permettant d’arrêter la violence.
Ensuite les groupes sont séparés par niveaux pour l’étude des techniques codifiées du Shorinji Kempo, les débutants avec les anciens de deuxième ou troisième année, les élèves confirmés ceintures marrons, puis les ceintures noires ensemble. Tous les groupes finiront par être de nouveau mélangés pour pratiquer ensemble des enchaînements codifiés pieds-poings, dégagements de saisies et clés, travail de lutte et de contrôle au sol. Comme c’est le début de la saison, toute la palette technique du Shorinji Kempo est explorée pour en montrer la richesse aux curieux venus s’essayer à notre discipline. Le temps manque pour tout approfondir car les deux heures s’achèvent rapidement et un ancien prend en charge des exercices de musculation. Le cours est maintenant fini, nous nous replaçons toutes et tous en lignes pour les saluts finaux.
Après nous être changés nous nous retrouvons dans le hall pour discuter ensemble encore quelques minutes, avant de rentrer chacun chez soi. Ça y est, c’est la reprise!

Laurent LEGUAY – professeur de L.B.S.K.