Les grades du Shorinji Kempo

Le Shorinji Kempo est un art martial japonais de création relativement récente puisque sa fondation date de 1947. Le système des grades du Shorinji Kempo reprend donc le système japonais des grades utiliser pour les arts martiaux modernes, avec les kyu (級) et les dan (段).

Ce système de grades a été créé au Japon durant l’ère Edo (allant du début du 17ème siècle jusqu’à la première moitié du 19ème siècle) pour marquer les niveaux dans les différents arts et métiers. Les arts martiaux japonais traditionnels avaient quant à eux un système de qualification et d’expertise bien différent.

C’est à la fin du 19ème siècle que Jigoro KANO utilise le premier ce système de grades pour un art martial, celui qu’il vient de créer, le Judo.

Lamotte-Beuvron Shorinji-Kempo En Shorinji Kempo, ce système de grades est appelé Bukaï (武階), c’est à dire système «martial».

Pour marquer la progression des pratiquants du Shorinji Kempo, les Kenshis passent régulièrement des examens de grades Bukaï.

Les premiers grades sont les kyu, et à partir du 6ème kyu (ou depuis le 8ème kyu pour les enfants) au 1er kyu les pratiquants sont appelés Kyukenshi (級拳士), puis viennent les dan et les pratiquants, appelés Yudansha (有段者), progressent cette fois depuis le 1er dan jusqu’au 9ème dan.

Le programme technique général du Shorinji Kempo est fixé par la W.S.K.O., c’est à dire que tous les dojos faisant partie de la fédération mondiale étudient normalement les mêmes techniques dans la même progression.

Les grades W.S.K.O. sont répartis en deux programmes d’études : le programme Kyukenshi du 6ème kyu au 1er dan, et le programme Yudansha du 2ème au 6ème dan, regroupant les grades intermédiaires 2ème et 3ème dan, et les grades supérieurs 4ème dan et suivants.
Pour les enfants jusqu’à leurs 13 ans il existe un programme W.S.K.O. spécifique débutant au 8ème kyu et allant jusqu’au 1er dan.

Ainsi quand on est débutant, le terme japonais utilisé en Shorinji Kempo est Minaraï (見習い), on étudie le programme permettant d’accéder au 6ème kyu, le programme du 6ème kyu étant celui pour accéder au 5ème kyu, et ainsi de suite jusqu’au 5ème dan, qui est le dernier grade pour lequel il y a un programme technique spécifique, celui permettant d’obtenir le 6ème dan.
Un enfant minaraï commencera par le programme pour obtenir le 8ème kyu, puis le 7ème kyu, avant le programme du 6ème kyu, etc.

Différentes ceintures matérialisent ces grades : un minaraï portera une ceinture blanche, pour les grades enfants 8ème et 7ème kyu, les jeunes Kyukenshis porteront une ceinture jaune, puis pour tous les Kenshis ce sera une ceinture verte du 6ème au 4ème kyu, ensuite une ceinture marron du 3ème au 1er kyu. A partir du 1er dan, les Yudanshas porteront une ceinture noire.

Le programme Kyukenshi permet d’étudier les bases du Shorinji Kempo, et quand elles sont acquises on devient alors shodan (初段), qui signifie «première marche», c’est à dire également «débutant» en japonais.

Lamotte-Beuvron Shorinji-Kempo Lamotte-Beuvron Shorinji-Kempo Lamotte-Beuvron Shorinji-Kempo Lamotte-Beuvron Shorinji-Kempo Lamotte-Beuvron Shorinji-Kempo

A partir du 1er dan, il existe un second système de grades s’ajoutant aux grades techniques Bukaï : les grades Hokaï (法階), c’est à dire système «philosophique».
Du 1er au 4ème dan ces grades Hokaï s’acquièrent généralement en même temps que les grades Bukaï.

On passera ainsi shodan Junkenshi, puis 2ème dan (nidan 二段) Shokenshi, ensuite 3ème dan (sandan 三段) Chukenshi, et pour finir 4ème dan (yondan 四段) Seïkenshi.

A partir du 5ème dan, les grades Hokaï sont acquis séparément : après avoir obtenu le grade Bukaï du 5ème dan (godan 五段) on passera le grade Hokaï de Daïkenshi, puis le 6ème dan (rokudan 六段) et ensuite Junhanshi.
Suivra le 7ème dan (nanadan 七段) puis on devient Seïhanshi, après le 8ème dan (hachidan 八段) et ensuite Daïhanshi, et pour finir le 9ème dan (kyudan 九段).

Le Kenshi (拳士) est un pratiquant du Shorinji Kempo, et Hanshi (範士) se traduit par «personne exemplaire».

Voici une traduction des différents titres philosophiques du Shorinji Kempo, du 1er au 5ème dan :
• Junkenshi : 准拳士 → «apprenti» pratiquant du Shorinji Kempo,
• Shokenshi : 少拳士 → Kenshi d’un «petit niveau», dans le sens de premier niveau de pratique,
• Chukenshi : 中拳士 → Kenshi de niveau intermédiaire,
• Seïkenshi : 正拳士 → Kenshi d’un niveau correct,
• Daïkenshi : 大拳士 → Kenshi d’un haut niveau.

Puis à partir du 6ème dan :
• Junhanshi : 准範士 → modèle,
• Seïhanshi : 正範士 → expert,
• Daïhanshi : 大範士 → maître.

Jusqu’au 5ème dan les grades Bukaï sont considérés comme des grades d’apprentissage, et au-delà comme des grades de maîtrise. Cette progression est renforcée par les grades Hokaï acquis séparément.

En France pour les grades jusqu’au 4ème kyu adultes et enfants, les passages se font le plus souvent en club, supervisés par le professeur du dojo. Ces grades sont ensuite validés lors du stage fédéral suivant, par le dépôt du dossier d’examen auprès de la Fédération Française de Shorinji Kempo.

A partir du 3ème kyu et jusqu’au 3ème dan les examens de passages de grades du Shorinji Kempo se déroulent obligatoirement durant les stages fédéraux, devant des examinateurs haut-gradés qui sont enseignants dans les dojos nationaux.

Au-delà, à partir de l’examen du 4ème dan les passages de grades se feront nécessairement dans une instance internationale, à l’occasion des stages se déroulant pendant les championnats d’Europe ou pendant les championnats du Monde, ou bien au Japon au siège mondial du Shorinji Kempo à Tadotsu.

Tous ces grades sont enregistrés par la fédération mondiale du Shorinji Kempo, et reconnus ainsi dans le monde entier.

Depuis que le Shorinji Kempo français a intégré la Fédération Française de Karaté à la fin des années 1990, un représentant de la F.F.K. est présent lors des examens fédéraux de ceintures noires, pour faire homologuer les grades du Shorinji Kempo par la C.S.D.G.E., commission compétente en France pour les grades japonais des arts martiaux.
Cette réglementation impose aux Kenshis français ayant reçu à l’étranger un grade W.S.K.O. 4ème dan ou supérieur de le présenter une seconde fois en France pour homologation par la Fédération Française de Karaté.
Ainsi on peut dire que pour le Shorinji Kempo en France, à ces deux systèmes de grades techniques et philosophiques s’y ajoute un troisième, le système des grades administratifs!